Bilan 2012: 115 mineurs burundais sortis de prison

burundi2012_photo
Une fois sortis de prison, les jeunes sont encadrés par la Maison Shalom et retournent, si possible, dans leur famille d’origine. Notre photo montre le jeune Samson Sinzoyibagira au milieu de sa famille avec Mme Joséphine Nzeyimana, assistante sociale de la Maison Shalom (2e à gauche).

Grâce au «Projet de la Main Tendue» au Burundi, 115 mineurs en conflit avec la loi ont pu quitter le milieu carcéral en 2012, ce qui porte le nombre total de jeunes libérés depuis le lancement officiel du projet en 2010 à 313. Plus important encore, depuis le début du projet et suite à deux mesures de grâce présidentielle en 2010 et en 2012 le nombre de mineurs en prison a diminué sensiblement. Selon les derniers chiffres disponibles (fin octobre 2012), quelque 165 mineurs sont toujours emprisonnés, ce qui signifie une baisse de 60% par rapport au début du projet.

Une fois sortis de prison, les jeunes sont encadrés par l’équipe de la Maison Shalom qui s’occupe de l’accueil et de l’encadrement psycho-social et médical des personnes, de la recherche familiale, du logement et de la (ré)insertion professionnelle ou scolaire. Une équipe locale de 16 personnes (psychologues, juristes, assistantes sociales, éducatrices…) assure la prise en charge des mineurs après des mois voire des années passés en prison. Dans une approche holistique, les jeunes sont accompagnés depuis la prison jusqu’à la réintégration dans la société burundaise.

Le Projet de la Main Tendue à l’enfance entre aujourd’hui dans sa quatrième année. L’assistance judiciaire et matérielle des jeunes en prison et leur libération restent l’objectif prioritaire du projet. En parallèle, leur formation et leur réinsertion sociale et professionnelle deviennent de plus en plus important. Le budget 2012-2013 du projet s’élève à 300.000 euros. Les dépenses principales: frais de formation et kits de réinsertion professionnelle, frais de mission du personnel local, frais de personnel, encadrement et accompagnement des jeunes et de leurs familles…

burundi2012_photo_2
L’assistance judiciaire des mineurs en prison est une priorité du projet. Maître Alcade Nivyintizo est un des avocats qui prend la défense des jeunes incarcérés.

(Photos: Maison Shalom)

Les partenaires du projet de la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse, initié par SAR la Grande-Duchesse à la suite de son voyage au Burundi en juin 2009, sont la Maison Shalom (Burundi), la Fondation Bridderlech Deelen et l’ONG CSI (Luxembourg).

Donnez une perspective à ces jeunes sortis de prison! Pour continuer et renforcer nos efforts au Burundi, nous avons besoin de votre précieux soutien. Merci pour tout geste de solidarité en faveur des mineurs en détresse au Burundi!