Chaîne de solidarité

  • Partenaire : Maison Shalom

  • Lieu : Kigali, Nyamata, Butare, Muhanga et Ruhango (Rwanda)

  • Période : 2017 – 2018

  • Cible : Jeunes mères d’enfants de moins 5 ans et jeunes de 18 – 25 ans (80 % de réfugiés burundais et 20 % de population hôte)

  • Affectation : 35 000 €

Petit commerce financé via la programme « Chaîne de solidarité ».

Ce programme s’inscrit dans la suite du programme d’appui socio-économique aux réfugiés burundais au Rwanda, que la Fondation avait soutenu en 2015/16.

Les activités principales de ce projet portent sur des séances de sensibilisation
et de formation sur l’organisation et la gestion de groupes solidaires, la gestion de micro-projets basés sur des activités génératrices de revenu et la gestion financière de microcrédits.

L’objectif général du projet est de contribuer au développement socio-économique et à l’autosuffisance des réfugiés burundais au Rwanda par la promotion d’activités génératrices de revenus en groupes solidaires. Après l’étape de formation, les réfugiés figurant dans le groupe cible du projet se réunissent en groupes de solidarité d’au moins 5 personnes chacun et élaborent des micro-projets qu’ils soumettent à un comité de sélection de la Maison Shalom. Les projets répondant aux critères de sélections se voient octroyer un microcrédit.

 

Objectifs spécifiques :

  • contribuer à l’éducation financière des femmes et jeunes réfugiés au Rwanda ;
  • contribuer à l’augmentation des revenus des familles de Burundais réfugiés au Rwanda et de la population hôte ;
  • favoriser le développement d’activités génératrices de revenus et d’emploi en faveur de mères d’enfants de moins de cinq ans et de jeunes réfugiés ;
  • contribuer à l’amélioration des conditions socio-économiques des réfugiés burundais au Rwanda ;
  • réduire le risque de participation des jeunes burundais à la rébellion et de fraternisation avec les groupes rebelles ;
  • prévenir la délinquance des jeunes ;
  • préparer les réfugiés à un retour constructif à leur pays natal.

Résultats :

En 2017, le programme a bénéficié directement à 289 ménages ayant 979 membres (mères d’enfants de moins de cinq ans, jeunes réfugiés burundais, anciens étudiants ou candidats à l’université, jeunes qui ne peuvent pas intégrer l’université ou l’école secondaire, population hôte). Les activités soutenues incluent notamment le commerce d’habits, de chaussures ou de charbon, l’exploitation de restaurant, l’élevage animalier, etc.

Face au succès du projet et aux besoins persistants, la continuité de ce projet est également assurée en 2018.