Mwizero

  • Lieu : Camp des réfugiés de Mahama et alentours, villes de Kigali et Butare

  • Période : Janvier 2017 – 31 août 2018, reprise dès septembre 2018

  • Cible : Jeunes étudiants burundais réfugiés au Rwanda

  • Affectation : 150 000 € (sur 3 ans)

    • 2016 : 50 000,00 € (avance)

    • 2017 : 77 271,11 €

    • 2018 : 22 728,90 €

Contexte :

Dans la communauté burundaise réfugiée au Rwanda, plus de 500 jeunes fréquentaient les différentes universités ou venaient de terminer la formation secondaire au moment de leur départ en exil. Au Rwanda, comme dans d’autres pays où ils sont, rien n’est organisé pour les étudiants de niveau supérieur et universitaire.

Au 30 Juin 2016, on recensait 384 étudiants de niveau supérieur universitaire qui, sur base d’une étude socio-économique, ne disposent pas des moyens nécessaires à la poursuite de leur formation. Ce chiffre est cependant toujours susceptible d’évolution au vu de la situation d’instabilité actuelle.

Ces jeunes, forces vives du Burundi, mais réfugiés et livrés à eux-mêmes dans les camps ou les familles d’accueil, sont exposés à la délinquance en tous genres ; l’engagement dans les groupes ou mouvements armés; la prostitution pour les jeunes filles, la prise excessive d’alcool  et désespoir et dépression face au désœuvrement et à un avenir incertain.

Objectifs :
La Fondation soutient de jeunes étudiants burundais réfugiés au Rwanda, dans le cadre du projet Mwizero (« espoir » en kirundi). L’objectif général est d’organiser la continuité des études universitaires des jeunes réfugiés burundais au Rwanda, dans le but de :

  • prévenir la délinquance et la participation des jeunes réfugiés aux groupes armés;
  • faciliter la survie et le relèvement économique des jeunes Burundais réfugiés au Rwanda et de leurs familles ;
  • préparer le retour des jeunes réfugiés au Burundi.

Résultats :
Les fonds de la Fondation du Grand-Duc Henri et de la Grande-Duchesse Maria Teresa permettent la prise en charge des frais universitaires de 52 étudiants. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un projet global de coopération avec deux autres fondations : la Fondation Partage Luxembourg et la Fondation Jean-François Peterbroek. D’un point de vue global, ce projet permet d’assurer la prise en charge de 364 universitaires burundais réfugiés au Rwanda, sans aucune distinction ethnique. La Maison Shalom dispose d’un recensement précis de ces étudiants universitaires, de leur niveau d’études et de leur filière choisie.